J'ai arrêté la pilule #1 : pourquoi ?

septembre 04, 2017

Pilule contraceptive
Cela fait un moment que j'y pensais et voilà, je l'ai fait : j'ai arrêté la pilule ! Ce tout petit cachet (qui nous glisse facilement des mains pour jouer à cache-cache sous le canapé) bourré d'hormones qu'on nous donne suite à une demande de contraception sans nous parler des éventuels effets secondaires. Je vous présente aujourd'hui les raisons qui m'ont poussée, après 7 ans, à passer à un autre moyen de protection.

La réflexion

La même alarme qui sonne tous les jours à 21h, ça en devient irritant tout comme celle du matin. J'avais déjà résolu le problème du réveil agressif, en choisissant les petits oiseaux qui chantent (on se rendormirait presque en les écoutant). Il était temps de se débarrasser du rappel quotidien pour prendre ce petit médicament. Sans parler du fait de se réveiller en pleine nuit car, par malheur, on a oublié de l'avaler au soir.

Après tous les scandales qui ont éclaté au sujet des thromboses survenues suite à la prise de la pilule, je me suis un peu inquiétée. Comme une personne de ma famille en est décédée (la faute à la pilule d'après ma gynéco), c'était rendez-vous pour vérifier que je ne risquais rien en continuant de la prendre. Heureusement pour moi, je n'avais pas de prédisposition génétique. Cependant, tout a commencé à trotter dans ma petite tête. À bien y réfléchir, le corps ne peut pas rester insensible à cette prise journalière sans que des effets secondaires ne se manifestent. J'ai commencé mes petites recherches. J'ai lu tout un tas de témoignages de personnes qui avaient arrêté la pilule. Elles racontent les changements qu'elles ont vécus et comment elles étaient avant de passer à un autre mode de contraception.

Je me suis retrouvée dans leurs histoires. J'ai pesé le pour et le contre et du jour au lendemain, après m'être renseignée sur les autres méthodes de contraception, je me suis décidée. Je pense passer au stérilet en cuivre, en espérant que mon corps ne le rejettera pas. Je vous en parlerai bien évidemment une fois que c'est fait ;)

Les avantages et inconvénients

Les avantages de l'arrêt de la pilule qui revenaient le plus souvent dans les différents témoignages sont : 
  • Cycle naturel
  • Impression de revivre 
  • Ne plus devoir se rappeler de la prendre 
  • Hausse de la libido
  • Et bien d’autres encore 
Les inconvénients éventuels, qui ne m'ont pas fait changer d'avis car je trouve que les effets positifs en valent nettement la peine : 
  • Cheveux plus vite gras 
  • Pousse des poils plus rapide 
  • Boutons 
  • Douleurs et règles plus abondantes et sur une plus longue durée 
  • Ne plus pouvoir retarder ses règles en enchainant les plaquettes et ne pas savoir quand elles vont arriver 
Ceux-ci ne sont à priori valables que dans le cas où vous ne passez pas à un autre moyen qui contient aussi des hormones. Sinon, les effets secondaires risquent d'être similaires.

Concernant les règles, ça ne me fait pas peur parce que je n'ai pas vraiment vu la différence en commençant la pilule à part le fait qu'elles étaient un peu moins abondantes. Je n'avais pas non plus trop à me plaindre à l'époque puisque je ne les avais qu'une fois toutes les 6 semaines environ (je sais, je suis une petite chanceuse :)).

Si vous êtes intéressés par les témoignages, en voici quelques-uns : 

Sevrage progressif

Sur internet, j'ai lu que certaines femmes n'arrêtaient pas la pilule directement une fois leur plaquette finie mais se sevraient de manière progressive afin d'éviter un trop gros choc pour leur corps. J'ai trouvé 2 types de sevrages. Dans aucun des cas, ils n'ont été proposés par un gynécologue mais après avoir lu les histoires de celles qui arrêtaient d'un coup (ça n'avait pas l'air d'être la joie !), j'ai préféré y aller graduellement, pour que mon petit corps sensible puisse s'habituer lentement aux diminutions d'hormones.

Les 2 options de sevrage
  • Je coupe ma pilule : je prends le 3/4 d'une pilule pendant 1 mois, puis la moitié et enfin 1/4 seulement. Chaque fois pendant 1 mois. 
  • Je saute des jours : je prends la pilule 1 jour sur 2 puis 1 jour sur 3 et enfin, 1 jour sur 4. Chaque fois pendant 1 mois également. 
J'ai choisi la 2e option. Je n'avais pas envie de m'amuser à la découper tous les jours. J'ai également lu l'avis d'un pharmacien concernant la première alternative disant qu'on cassait la couche protectrice de la pilule en la découpant.
Note : on n'oublie pas qu'on n'est plus protégé dès qu'on démarre le sevrage ou qu'on arrête directement la pilule.

Bien entendu, c'est un choix personnel. Certaines de mes copines ne se voient pas arrêter la pilule tout simplement parce qu'elle leur a permis d'avoir des règles bien moins douloureuses ou même de ne pas s'évanouir à cause de la perte trop importante de sang. Je comprends tout à fait qu'elles préfèrent continuer ou éventuellement regarder pour un autre moyen de contraception aux hormones. Chacun fait ses propres choix et je vous souhaite à toutes de trouver ce qui vous convient le mieux :) On se retrouve dans quelques mois pour que je vous raconte les effets suite à l'arrêt de la pilule !

S.V.

Vous aimerez peut-être

2 commentaires

  1. Hello!
    Je suis très heureuse de te lire à ce sujet. J'ai arrêté ma pilule il y a presque 2 ans maintenant, après de bons et loyaux services. Je l'ai arrêtée car: elle m'avait été prescrite sans savoir si elle m'était adaptée et je n'ai jamais eu de suivi; les 6 derniers mois mon corps ne l'a supportait plus et j'avais des saignements irréguliers. J'ai arrêté sur conseil d'un gygy à la fin de ma plaquette. Je suis restée presque 8 mois sans contraception et j'ai vu une différence flagrante au bout de 1 mois (3 mois en tout le temps que le corps se débarrasse de toutes les hormones):
    ++ moins de boutons,; cheveux moins gras et plus doux; règles régulières moins abondantes et plus courtes; poids stabilisé
    -- transpiration plus acide et plus forte
    Je suis ensuite passée au stérilet en cuivre Mona, mais je n'ai pas eu de chance, l'interne me l'a mal posé (je pense) car tout le temps où je l'ai gardé je l'ai sentit constamment. Je l'ai eu 4 mois en tout, et un jour il c'est arraché (horrible expérience et affreusement douloureuse). Sincèrement je recommanderais le stérilet à personne (selon mon expérience) car:
    ++ plus à y penser tous les jours
    -- règles très douloureuses (je n'ai jamais eu de douleurs avant et j'ai du appeler les pompiers un soir tellement la douleur était intense), très très abondantes et longues; peau grasse; douleurs debout, assise, allongée, pendant les rapports parce que je sentais le stérilet.
    Depuis, ça fait un an que je suis sans contraception (hormis préservatif), afin de laisser mon corps se reposer, et de moi savoir quelle contraception me correspond le mieux à mon mode de vie et les attentes que j'en ai. J'espère très prochainement la trouver.

    Désolée du roman, mais je tenais à partager mon expérience, pas des plus joyeuses mais il y a peu de témoignages de ce genre sur le net. 'espère que tout ira bien pour toi et j'ai hête de te lire de nouveau concernant ce sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !

      Merci pour le partage :) ça me rassure de voir les points positifs que tu as eus. Je l’ai arrêtée il y a à peine quelques semaines et je vois déjà la différence ! Mais par contre, j’ai l’impression d’avoir les cheveux plus gras maintenant mais ça va peut-être revenir à la normale (croisons les doigts !).

      Pour le stérilet, j’ai l’impression que soit ça se passe bien, soit c’est l’horreur. Je vais tenter ma chance et on verra bien. Mais je sens que je vais poser quelques questions en plus à ma gynéco vu ce que tu me dis.
      Je te souhaite en tous cas de trouver ce qui te convient :)

      S.V.

      Supprimer

Instagram de G.C.

Instagram de S.V.