J’ai arrêté la pilule : pose du stérilet en cuivre

novembre 30, 2017

stérilet en cuivre
Comme j’ai arrêté la pilule, il a bien fallu que je choisisse un autre mode de contraception et j’ai décidé de passer au stérilet (DIU pour dispositif intra-utérin) en cuivre. Je vous partage alors mon expérience et les raisons qui m’ont poussée à prendre ce moyen de contraception.

Pourquoi le stérilet en cuivre ?

Comme j’ai principalement arrêté la pilule à cause des hormones, il était hors de question de reprendre un autre contraceptif hormonal. J’allais enfin retrouver un cycle plus naturel et, qui serait, dans mon cas, nettement plus long qu’en prenant la pilule.

Il ne me restait pas beaucoup d’options, mais le stérilet m’a paru le bon choix : il est assez fiable et surtout, il ne faut pas y penser. Une fois que c’est mis, on est tranquille pour 4-5 ans.

Premier rendez-vous

Lors de ma séance annuelle chez la gynéco, j’en ai profité pour lui annoncer que j’avais décidé d’arrêter la pilule et de passer au DIU en cuivre. Elle m’a directement demandé pourquoi je voulais changer de contraceptif. J'ai parlé des nombreuses migraines que j'avais lors de la prise de la pilule et de la contrainte de devoir tous les jours se rappeler qu’il faut la prendre.

Ma gynéco m’a prévenue que je risquais quand même d'avoir de nouveau mal à la tête au moment du SPM (syndrome prémenstruel) dû à la chute d'hormones à ce moment-là. Elle m’a également précisé qu’il ne fallait pas croire tout ce qu’on disait sur la pilule et que ça ne causait pas le cancer. Eh bien, entre-temps, j’avais très souvent des maux de tête (même en dehors des règles) et ça s’est nettement amélioré depuis que je m’en suis débarrassée.

L'inconvénient du stérilet en cuivre se trouve pendant les règles : elles sont plus abondantes et sur une plus longue durée. Les premières devraient également être assez douloureuses et pénibles mais ça devrait se calmer par la suite. Je risque également d'avoir mal pendant les premiers rapports dans les semaines qui suivent la pose. Et évidemment, c’est douloureux quand on le met.

Une fois toutes les informations données, elle m’a présenté un nouveau DIU qui venait de sortir : IUB - Intrauterine Ball. L'avantage par rapport aux autres sur le marché ? Il bouge moins facilement et fait moins mal quand on l'insère. La raison ? Sa forme, une boule en cuivre, différente des autres stérilets qui sont en T et ainsi, plus adaptée aux utérus plus petits. Du coup, si notre utérus essaye de l’évacuer ou le pousse d’une quelconque façon, il roule juste sur lui-même. Le risque d’être mal mis ou tout simplement éjecté est donc moindre. L’inconvénient ? Il coûte assez cher. Comptez environ 140 € mais il est en partie remboursé par la mutuelle (du moins en Belgique).

Elle m’a demandé d’amener quelqu’un pour me raccompagner après avoir mis le stérilet parce que je pourrais être un peu dans les vapes et j’aurai aussi quelques antibiotiques à prendre quelques heures avant le rendez-vous au cas où il y aurait une infection.

Et non, toutes ces informations ne m’ont pas fait changer d’avis ! Je suis repartie avec ma prescription et un nouveau rendez-vous fixé juste après les règles comme le vagin est plus ouvert à ce moment-là, ce qui permet d’avoir moins mal lors de l’insertion.

à la recherche du stérilet

DIU - ball intra-utérine
Je suis allée dans ma pharmacie habituelle chercher mon DIU et là, la pharmacienne me demande si c’est la version mini ou midi dont j’ai besoin. Euh, on ne m’a rien dit à ce sujet… Elle appelle alors ma gynéco qui lui dit que c’est la version mini. La pharmacienne se renseigne et apparemment, aucun de leurs grossistes ne possède cette version.

Je décide de tenter ma chance ailleurs en allant faire un tour dans une autre pharmacie. Cette pharmacienne-ci me dit qu’elle ne pense pas qu’une version mini existe. Elle se renseigne et en effet, le DIU version mini n’a été vendu que dans quelques pays hors Europe et ne se vend même plus.

Après vérification auprès de ma gynéco (« Je me disais bien qu’il n’existait qu’une version »), j’achète la version midi.

Le jour J : pose du stérilet

Mon nouveau « gadget » dans mon sac, je me suis rendue chez la gynéco quelque peu stressée. J’avais peur que ce soit très douloureux, que mon corps ne l’accepte pas et que je finisse par devoir l’enlever. Au prix que ça coûte, je préférais qu’il reste bien en place et pendant quelques années !

Après avoir attendu 30 minutes que ce soit mon tour et m’être imaginé le pire, j'entre dans le bureau. La gynéco me réexplique comment la pose du stérilet va se passer : on insère le tube dans lequel il se trouve et une fois arrivé à l’utérus, il s'enroule en sortant du tube. Elle me prévient que je vais le sentir se mettre en boule. Youpie…

Je me prépare pour la pose. Elle insère d’abord l’écarteur. Et puis, petite surprise : elle va me faire des piqûres dans le vagin... Ouch ! La raison ? L’endormir. La sensation est assez bizarre et pas très agréable mais comme la zone devient endormie, je ne sens pas trop les piqûres suivantes. Elle me nettoie la zone et me répète de me détendre.

Elle m'explique bien chaque étape avant de les faire. Vient enfin le moment redouté. Je ne sens rien au début mais une fois que le stérilet commence à s'enrouler, là, ça fait mal. Ça ressemble aux contractions que j’ai pendant les règles mais en plus fort. Heureusement, ça va vite. J’étais même surprise quand elle m'a dit « voilà, c'est fini ». Elle coupe le fil (qui servira à le sortir d’ici quelques années) et enlève le sang, dû aux piqûres, je suppose (sans certitude).

Après la pose

J'ai des petites contractions, ça fait un peu mal mais c'est clairement supportable. Je demande à ma gynéco si la douleur actuelle sera le maximum et elle me répond « oui oui ». Eh bien, non non ! Une heure plus tard, c’est plus douloureux. C'est toujours supportable mais ce n’est clairement pas agréable.

Heureusement, Chéri a pensé à tout et m’a ramené des petits biscuits pour le trajet. Il conduit tranquillement pendant que je me plie en deux de temps à autre. Ensuite, j’ai eu mal régulièrement pendant les jours qui ont suivi et puis, c’est passé (Ouf !).

Et voilà, mon stérilet est toujours là et je vous raconterai dans un autre article comment ça s’est passé dans les semaines et même mois qui ont suivi. J'ai un nouveau rendez-vous 6 semaines plus tard (pour être sûre d'avoir déjà eu les règles suivantes), pour vérifier que tout se passe bien et que le stérilet est toujours en place. Ensuite, ce sera la consultation annuelle avec petit check-up du DIU en plus des vérifications habituelles.

On se retrouve dans quelques mois pour un bilan suite à la pose du stérilet en cuivre. 

N’hésitez pas à me partager votre expérience si vous avez également testé le stérilet en cuivre ou à me poser des questions. Je me ferai un plaisir de vous répondre ;)

S.V.

Vous aimerez peut-être

0 commentaires

Instagram de G.C.

Instagram de S.V.